Comment choisir son assurance pour son association de danse

Assurer son association de danse : comment ça marche ?

Estelle Développer son activité

Quand on développe son activité, il y a des sujets moins sexy que d’autres ; ce genre de sujets qu’on note dans un coin de sa tête mais qu’on oublie toujours de traiter quand on a du temps à tuer…et bien entendu, quand on y pense, ce n’est pas le moment. Vous voyez de quoi je parle ? Dans le genre « on le mettrait bien aux oubliettes », j’ai nommé le sujet ultra séduisant des assurances. Allez, ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Après, vous serez tranquille (pendant au moins 1 an).

Assurance association : comment ça marche

Mettons un peu de lumière là dedans.

Quelle assurance ?

L’assurance dont vous avez besoin en priorité est une Responsabilité Civile (RC de son petit nom). En tant que particulier qui habitez quelque part, vous en avez forcément déjà une. Elle est comprise dans ce qu’on appelle la « multi-risque habitation » (MRH pour les intimes), obligatoire pour tout locataire ou propriétaire. La responsabilité civile, comprise dans la « MRH », vous permet de dédommager quelqu’un en cas de dommages corporels (ex : vous blessez quelqu’un) ou matériels (ex : vous endommagez un bien). Donc vous, en tant que particulier, vous êtes assuré. Reste néanmoins à vous assurer dans le cadre de votre activité professionnelle. Ce qui, pour la plupart d’entre vous, revient à assurer votre association. C’est notre point suivant.

Pourquoi assurer son association ?

Plusieurs raisons :

  • Parce que c’est une obligation qui concerne les associations sportives et d’activités physiques (Article L. 321-1 du Code du Sport).
  • Parce qu’on vous demande souvent un justificatif d’assurance professionnelle pour louer une salle de danse, qu’il s’agisse de répéter ou donner un cours.
  • Parce que vos élèves peuvent se retourner contre vous s’ils se blessent pendant votre cours ou s’ils se font voler des affaires.
  • Parce que le propriétaire de la salle peut décider de vous accuser en remarquant un matériel endommagé, suite à votre passage. 
  • Parce qu’il peut se passer n’importe quoi lors de vos manifestations (voyages, scènes, …) : blessure, vol, maladie, altercation avec un tiers, …
  • Bref, parce que la vie nous réserve toujours son lot de risques.

Quand bien même il est fortement préconisé d’assurer son association, est-ce d’une VRAIE utilité ? Nous nous posons la question, et soulevons les points suivants :

  • La « sur-assurance ». Comprenez. Vous louez une salle pour vos répétitions ou vos cours de danse. Le propriétaire de la salle a une assurance RC. S’il n’est que locataire, sachez que le vrai propriétaire en a aussi une. Vous, comme vu plus haut, vous êtes assuré en tant que particulier, ce qui vous couvre dans toutes vos activités bénévoles et votre vie au quotidien (là, tout dépend du statut avec lequel vous exercez au sein de votre association). Vos élèves sont eux aussi assurés en tant que particuliers. Bref, tout le monde est déjà assuré !
  • Le montant de franchise. Si vous devez dédommager quelqu’un, votre assurance vous demandera dans tous les cas un montant à payer de votre poche, correspondant au montant de la franchise indiqué dans votre contrat. En fonction des assurances, les montants de franchise peuvent être élevés, et c’est à se demander si l’assurance est bien utile. Il faut étudier le risque, sa survenance, son coût, et comparer le tout au coût du contrat d’assurance et du montant de franchise.
  • Les cas de survenance, non pas du risque, mais du recours contre vous.
Comment choisir son assurance pour son association de danse

Combien de fois avez eu à indemniser un élève blessé ? Nous serions curieux de savoir.

Utilité ou non, la loi ne nous demande pas notre avis. Mieux vaut donc ne pas se poser trop de questions et foncer (et se dire qu’à défaut d’être assuré à la mesure de ses besoins réels, on sera rassuré !).

À quel prix ?

Vous paierez pour ce dont vous n’avez pas besoin.

Il faut bien le comprendre : les associations (comme tout le reste) sont une manne pour les assureurs. Une personne qui cherche à se protéger contre un risque infime et c’est le tank armé qu’on lui priera d’acheter.

Assurance association : ne payez pas pour ce dont vous n'avez pas besoin

Nul besoin de l’artillerie lourde pour tuer une mouche.

Tâchez d’être vigilant, et allez vers des assureurs qui proposent le plus possible de garanties inutiles en option. Gardez à l’esprit que ce qu’il vous faut, surtout en début d’activité, c’est tout bonnement une Responsabilité Civile Vie Associative. Vous pourrez décocher tout le reste : RC mandataires sociaux, info juridique par téléphone, RC intoxication alimentaire, responsabilité pénale, garantie des biens (alors que vous n’avez pas de bien). Malheureusement, la majorité des assureurs proposent des packages, où 90% des garanties ne vous servira jamais…ou oublient de vous préciser que les garanties de votre contrat sont facultatives…

Le prix dépendra de votre activité…

Si vous êtes une association, le prix dépend de :

  • votre nombre de membres
  • votre budget
  • votre nombre de salariés
  • si vous avez des biens à assurer, de la valeur de ces biens
  • du nombre de manifestations et voyages organisés dans l’année
  • si vous embauchez des intermittents ou non

…et des assureurs :

Proposant des montants de franchises et maximum garantis plus ou moins élevés, des garanties plus ou moins pertinentes selon votre activité. Les garanties peuvent être très différentes d’un assureur à l’autre, car chacun y va de sa propre créativité.

Comparez et établissez plusieurs devis

Il faut aller comparer plusieurs assureurs sur vos critères. Certains satisferont plus les uns que les autres, en fonction de leurs seuils (ex : si le prix dépend d’un nombre de membres inférieur ou non à 200, cela peut bénéficier aux associations ayant 199 membres, mais pas à celles n’en ayant que 50, qui préfèreront des assureurs aux seuils plus bas).

Comptez globalement entre 100 et 300€ par an, selon votre taille et l’ampleur de vos activités.

Panel d’assureurs

Assureur mutualiste ou société d’assurance ?

C’est un parti pris, nous préférons les assureurs « mutualistes » (GMF, MMA, Maif, Maaf, …) aux sociétés d’assurance (Axa, Générali, …). Ce, pour les raisons suivantes :

  • En tant que souscripteur d’un organisme mutualiste, vous êtes considéré comme « sociétaire‘, et vos besoins sont normalement plus respectés.
  • les assureurs mutualistes sont des organismes à but non lucratif, et ils pratiquent généralement des tarifs moins élevés.

Historiquement, les assureurs mutualistes, ou mutuelles, calculaient les cotisations en fonction du risque global de tous leurs sociétaires. Si bien qu’une personne présentant beaucoup de risques ne payait pas plus cher son contrat qu’une personne ne présentant aucun risque. Chez les sociétés d’assurance, chacun paie pour son propre risque. Aujourd’hui, cette différence tend à s’estomper, avec des tarifs tenant de plus en plus compte des critères de risque individuels, mais la philosophie demeure.

Néanmoins, nous ne nierons pas que les sociétés d’assurance ont souvent une meilleure qualité de gestion des dossiers. À vous de vous faire votre propre avis.

Quelques acteurs

Voici quelques exemples d’assureurs chez qui effectuer vos devis pour comparer les garanties et les prix proposés (les liens sont donnés vers les assurances association) :

Les devis en ligne sont rares pour les associations, il vous faudra nécessairement appeler…et y passer un peu de temps.

Chez Danser sur la toile, nous avons souscrit une assurance à la GMF, qui nous proposait un minimum correct par rapport à nos besoins. Pour cela, il nous a fallu crier haut et fort au conseiller (un peu sourd) qu’on ne voulait pas de toutes les garanties facultatives qu’il essayait de nous refourguer ni vu ni connu. Résultat : nous payons 83,30€/an pour assurer jusqu’à 50 membres et jusqu’à 5 grandes manifestations dans l’année (avec 750 participants).

Il faut s’y connaître pour être assuré juste comme il faut.

Nous espèrons vous avoir un peu aidé avec cet article. N’hésitez pas à nous faire part de vos expériences. Chez qui assurez-vous votre association ? Combien payez-vous ? Avez-vous déjà eu à dédommager quelqu’un ?

En vous souhaitant bon courage !

À propos de l'auteur

Estelle

Consultante web indépendante, je fais danser ma plume sur tous les sujets qui occupent bien mes journées : UX design, gestion de projet, création d'activité sur le web. Linkedin | | Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *