Google+ rend meilleur

Comment le réseau social Google+ nous a fait gagner en visibilité

Estelle Développer son activité

Les adeptes de Danser sur la toile le savent : Google+ est un réseau social dans lequel nous croyons beaucoup. Certes, aujourd’hui, il n’y a pas foule, mais là n’est pas la question. Car même avec 3 pelés et un tondu, Google+ nous a apporté moults bénéfices. Peut-être allez-vous aussi vous y convertir après avoir lu cet article ? Considérez ce qui suit comme un acte de prosélytisme déguisé, composé de 5 arguments chocs. 

réseau social Google+

De prime abord, Google+ ne fait pas rêver…

 

1. Grâce à Google+, nous sommes mieux référencés

Un « + » > 1 000 000 likes

C’est un des grands avantages de ce réseau social. Sur Facebook, votre page peut recevoir une montagne de likes, Google ne vous regardera pas différemment. Alors que sur Google+, plus vous cumulerez de « + » sur votre page, plus Google (le papa de Google+) pourra vous attribuer de la crédibilité. Vous remonterez dans les résultats de son moteur de recherche. Nous reviendrons dans un prochain article sur les notions qui se cachent derrière cela car il est important de bien les comprendre.

(NB pour les avertis : la balise author vient d’être abandonnée par Google, qui n’est pas revenu en revanche sur la balise publisher…certains disent que la reconnaissance entre un auteur et son contenu pourra être opérée de manière bien plus subtile.)

Vous êtes N°1 dans Google, aux yeux de ceux qui vous suivent

Autre particularité à souligner : les personnes qui vous ont « encerclé » (l’équivalent googelien des « followers » sur Twitter) seront plus à même de voir votre site et vos publications quand il feront des recherches sur Google se rapportant à votre thème. Une membre du réseau Danser sur la toile m’a dit un jour : « Estelle, tu es superbement bien référencée. J’ai cherché dans Google comment m’inscrire sur Google Maps et ton article sur le sujet est apparu en premier ! ». Eh oui, c’est parce que cette chère personne m’a encerclée, qu’elle a fait sa recherche tout en étant connectée à son profil Google (comme 70% des internautes) et que je suis la seule de ses cercles Google+ à avoir publié sur le sujet.

google et google+

Google fera tout pour mettre en avant ceux qui utiliseront son « bébé ».

Vous comprenez maintenant qu’il peut être très stratégique de se positionner sur ce réseau social. Mais attention, pas n’importe comment.

2. Nous avons plaisir à partager sur des contenus de qualité

Sur Google+, les habitudes sont bouleversées. On ne peut pas proposer le même contenu que sur Facebook et on ne s’adresse pas à sa communauté de la même façon.

Facebook, pour faire de la pub

Facebook est très efficace pour proposer ses évènements, les photos en vrac de ses derniers stages, annoncer son prochain cours, … Il y a tellement de publicités aujourd’hui sur les fils d’actualité que nos promotions passent comme une lettre à la poste.

Google+, pour apprendre

Sur Google+, les publicités sont regardées avec méfiance. Pour séduire son audience, il faut proposer un contenu de qualité, voué à apporter une valeur ajoutée. Alors, certes, aujourd’hui, notre audience cible (celle des passionnés de danse ou des curieux qui cherchent à s’y mettre) n’est pas des plus affluentes sur Google+. Mais cela ne tient qu’à nous de l’y attirer par des contenus différents, et un flux d’actualité où elle puisse enfin respirer. La communauté des passionnés de voyage a bien réussi à y faire son nid. Pourquoi pas nous ?

3. Toutes les publications sont visibles

Tandis que Facebook réduit le reach de ses pages (les publications des pages FB touchent moins de 7% des fans depuis mars 2014), Google+ continue d’accorder la même visibilité à chaque post, suivant l’ordre chronologique. Dans le fil d’actualité, nous voyons toutes les publications des gens que nous suivons, et vice versa : ceux qui nous suivent ne peuvent pas passer à côté de nos actualités.

4. Nous sommes plus humains

Google+ compte moins de monde : les relations sont tout de suite plus humaines. Les interactions sont encouragées par le réseau social ; car plus on échange avec des personnes du même domaine, plus nous indiquons à Google qu’on est actif, et plus les mots clés sur lesquels nous partageons sont estampillés à notre profil et notre site Internet. Il ne s’agit donc pas simplement de publier du contenu, l’enjeu (et l’intérêt) est de s’informer de celui des autres, commenter, questionner, et recevoir en retour des avis sur les liens que nous partageons. C’est constructif. De plus, si une personne nous contacte en privé via Google+, nous sommes plus enclins à lui répondre que sur Facebook. Tout est moins impersonnel.

5. Nous avons enfin trouvé les bons outils pour échanger avec nos communautés

Des communautés privées pour échanger en toute intimité

Pour échanger avec les membres du réseau Danser sur la toile, nous avons créé une communauté privée. Chacun peut y poster son message, sa question. On y est en intimité, et c’est bien moins intrusif que d’envoyer un mail à tout le monde à chaque information. La plateforme est plus conviviale qu’un groupe Facebook (où finalement, on ne sait plus si c’est privé ou public). Ces communautés peuvent être un très bon moyen si vous cherchez à échanger avec vos élèves : vidéos (Google+ peut accueillir des fichiers vidéos bien plus lourds que sur Facebook), informations, évènements. Au passage, vous convertirez vos élèves, qui vous ajouteront à leurs cercles, et vous aurez plus de chance d’apparaître dans les résultats de leur prochaine recherche Google sur votre discipline. Ils vous accorderont inconsciemment plus de crédibilité.

Des communautés publiques pour échanger en toute liberté

Pour échanger avec les passionnés de danse, nous avons ouvert une communauté publique. Nous y encourageons les pratiquants à prendre la parole en nous posant leurs questions (une démarche qui se veut sans publicité, comme expliqué dans notre article « Changez votre façon de communiquer« ). Elle est encore à ses balbutiements, mais nous ne désespérons pas de la voir décoller un jour.

Pour conclure, Google+ offre un axe intéressant pour communiquer, complémentaire à Facebook. Nous sommes conscients que la prise en main de ce réseau social est fastidieuse, même si, nous le répétons : elle est stratégique. Nous vous aidons à bien l’adopter dans nos ateliers (pensez-y !), et nous continuerons de vous en parler…

Google+ vs Facebook

Le mot de la fin.

 

À propos de l'auteur

Estelle

Consultante web indépendante, je fais danser ma plume sur tous les sujets qui occupent bien mes journées : UX design, gestion de projet, création d'activité sur le web. Linkedin | | Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *